Saviez-vous que ...? #13

Saviez-vous que Cockerill s’exporta en Russie au 19ème siècle ?

Dans le but de contrer une grande dépression économique dans les années 1880, la société Cockerill développe une nouvelle stratégie d’expansion, et décide de s’ouvrir au monde et aux nouveaux marchés qui se dessinent. Eugène Sadoine, ancien directeur général, décèle alors un gros potentiel dans une région méridionale de la Russie. Le 16 mars 1886, Cockerill collabore à la fondation de la Société Métallurgique Dniéprovienne du Midi de la Russie, dont l’actionnariat est majoritairement belge. La région choisie, de l’actuelle Ukraine, a pour avantage d’être sur les bords du fleuve Dniepr ainsi que proche d’exploitations minières comme Krivoï-Rog. Le succès étant au rendez-vous, Cockerill désire développer cette implantation en construisant notamment les chantiers navals de Nicolaïeff. D’autres sidérurgistes wallons rejoignent le pays des tsars, emmenant avec eux plus de 20 000 ouvriers. Très vite, la ville d’Iékaterinoslav est surnommée « le Seraing russe ». En 1900, la Belgique est déjà devenue le premier investisseur étranger en Russie.


Malgré une implantation industrielle et sociale massive, les entreprises belges ne survivront pas à la crise russe. Les valeurs russes à la bourse de Bruxelles chutent de manière vertigineuse. A partir du début des années 1900, les sociétés belges tombent toutes l’une après l’autre, cédant devant les créanciers russes. En 1918 et au terme d’un passage court mais historique, les ouvriers belges sont presque tous rentrés dans leur Belgique natale.

Titre d'action de la Société Métallurgique Dniéprovienne du Midi de la Russie.